Ahhh.
L’été semble enfin là. Rempli de promesses de douceur et de farniente.

J’ai beaucoup de mal à « relâcher« .

 

En ce moment, c’est une période intense, avec l’organisation d’un nouveau planning pour septembre, le démarchage de nouveaux partenaires, la refonte de ce site.. Bref, pas du tout NE RIEN FAIRE. J’aimerais que tout soit parfait, et au moment où j’écris je réalise que non, ce n’est pas possible. Ou alors au risque de laisser la fatigue prendre le dessus, et passer mes vacances à dormir pour tenter de récupérer.

La métaphore yogique dans mon discours?
C’est la même chose avec les postures. Il m’est toujours difficile de proposer une posture à mes élèves quand celle que je réalise n’est pas « parfaite ». Du coup, je me censure.
A force d’être nourrie par instagram, j’ai intégré inconsciemment cette idée de la posture parfaite faite par la prof parfaite.
Et puis je me suis dit que c’était dommage.
Que la perfection pouvait attendre, et passer derrière le plaisir de vivre la posture et et de l’enseigner.
Alors j’ai proposé en cours cette semaine une séquence autour de « Nataraja », la posture du danseur, même si avec ma souplesse de dos – inexistante- ma posture est plus proche du titanic cherchant son chemin en pleine mer.
Et vous savez quoi?
La terre ne s’est pas arrêté de tourner.
Mes élèves ne se sont pas horrifiés.
La conclusion de cette expérience?
En cette période estivale, prenez le temps de relâcher. De faire juste de votre mieux.
Pensez plaisir.
Pensez moments.
Respirez 🙂

D'autres articles sur le même thème