Si tu es entrepreneure dans le domaine du bien-être, tu es peut-être coincée entre les  » il faut / je dois être visible et produire : vision marketing » et les « oui mais je me suis mise à mon compte pour suivre mon rythme et être épanouie : vision développement de soi ».

Peut-on concilier les 2 ?

Peut-on entreprendre sans y laisser sa santé au passage ?

Oui, j’en suis convaincue. D’ailleurs, si ce n’est pas possible, honnêtement, autant revenir au salariat.

Je n’ai pas de méthode reproductible et infaillible à te raconter, mais un partage d’expérience sincère : comment je me suis appliquée les propres principes de mon programme « I got The Power » pour créer ce même programme.

 

Et te montrer que tu peux respecter ton cycle et ton niveau d’énergie tout en entreprenant.

 

Ce programme, je l’avais en tête depuis 4 mois. Je tournais autour et je ne parvenais pas à me lancer.

Je ne savais pas par quel bout m’y prendre : je manquais d’une colonne vertébrale, d’un fil rouge pour me structurer et ne pas me laisser emporter par mes inspirations diverses.

Et à un moment j’en ai vraiment eu marre de procrastiner. La solution était contenue dans le programme – suivre ma boussole interne : mon cycle!

En un cycle et demi, j’ai donc créé et lancé un programme en ligne d’auto formation (rédaction du contenu, page de vente, mise en place d’un paiement en ligne), sans y laisser ma peau.

 

1 / Phase dynamique

Dans cette phase (rappelle toi mon article ou je t’explique les caractéristiques des phases), j’étais au top de mon énergie, comme d’habitude.

J’en ai donc profité pour me cloisonner 48h pour rédiger précisément le programme, en m’appuyant sur mes connaissances et les notes expérimentales que je me trainais (oui, je suis mon propre cobaye cyclique. Comment crois-tu que je puisse te parler finement des émotions ressenties ? Tout simplement parce que je n’ai eu aucune honte à écrire des choses comme : jour 23 – sentiment d’être un gros caca. Envie de partir sur une île déserte avec pour seul objet un coussin peluche Pusheen the Cat).

Pusheen cycle feminin

Quand je dis précisément, je fais référence à la force de cette phase : l’analyse, et non la vision globale.

J’en ai aussi profité pour relire et corriger mes fautes.

Et chercher une solution de paiement en ligne sécurisé (car oui dans cette phase, tu peux trier des données et apprendre très facilement – dans mon cas la partie technique du paiement).

2 / Phase expressive

Dans cette phase ou je me sens reliée à mon prochain comme la coquille saint jacques à son rocher (?), je suis allée demandé de l’aide.

En l’occurrence, j’ai contacté 2 amies entrepreneures elle aussi pour avoir un feedback sur ce premier jet de mon programme : compréhensible, cohérent, concret ? Qu’est-ce que je peux améliorer ? La beauté de cette phase c’est une absence totale de susceptibilité : j’ai pu accueillir leurs remarques avec beaucoup de recul et sans me sentir blessée (ben oui quand même, c’est mon premier programme donc tu imagines les affects autour ).

J’ai aussi rédigé un brouillon de la page de vente, car c’est le moment idéal pour trouver les mots justes pour parler à tes clientes préférées et comprendre leurs besoins (n’oublie jamais que tu travailles au service de quelqu’un :))

PS : j’avais déjà écrit et enregistré les méditations de ce programme. Mais si j’avais eu à le faire pendant ce cycle, je l’aurais fait à cette phase là.

3 / Phase créative

Pendant cette phase, je sais que le démon de l’expression se présente à moi : en clair je fais des tas de bidule (en rapport ou non avec mon activité, que ce soit des productions écrites ou dessinées).

C’est assez naturellement que j’ai fait toute la partie visuelle / créative du programme :

  • mise en page de l’ebook
  • des visuels à partager sur les réseaux sociaux
  • et relecture / finalisation de la page de vente du programme.

J’ai aussi augmenté un peu mon temps de méditation, car c’est aussi la phase de méga vulnérabilité où j’ai senti ressurgir mon complexe de l’imposteur (tu sais, ce sentiment vague de ne pas savoir assez, de ne pas faire assez bien – comme si c’était le bon moment pour revenir)

4 / Phase contemplative

Je me suis reposée car j’étais crevée de toutes ces actions précédentes : cette phase est faite pour cela.

Repos, introspection, relâcher ce qui m’a plus lieu d’être. J’ai pris du recul, et arrêté de vouloir encore changer quelque chose à ce programme (non, au bout d’un moment il faut se lancer et arrêter de tourner en rond).

 

5 / Phase dynamique : le retour

Retour à la phase dynamique avec mon cycle suivant qui s’enchaîne…. Et c’est aussi ma semaine de vacances !

Youpi ?

Oui, j’étais très heureuse de partir… mais en même temps c’est une phase dans laquelle il m’était très difficile de ne pas vouloir faire avancer à tout prix mon travail : autant dire que j’ai parfois été gavé reloue avec mon mec (il faut appeler un chat, un chat……)

6 / Phase expressive : bis

Heureusement, le relais de la phase expressive a rendu mes vacances smooth et love… et en rentrant je me suis lancée sur le lancement du programme et toute la communication autour !

Et toi ?

Est-ce que tu luttes encore avec ta boîte ?

Est-ce que cela te paraît possible d’utiliser ton cycle comme fil rouge pour créer pour ta boîte sans te ruiner la santé ? Est-ce que tu veux apprendre comment faire, en connaissant ton cycle sur le bout des doigts et en méditant pour canaliser tes émotions? Sans blabla, sans y consacrer 3h / semaine?

 

 

 

 

D'autres articles sur le même thème